Bio

Stéphane D’Amour est un poète québécois né à Montréal. Il a publié quatre recueils de poésie aux éditions Les Herbes rouges: L’île (2006), finaliste au Prix du premier recueil de poèmes de la Fondation L.A. Finances pour la poésie (Paris), La peinture (2008), Dans mes paysages (2012) et À demeure (2015). Ses poèmes ont été également publiés en revue au Québec, au Mexique et en Inde, de même que dans des anthologies internationales parues au Mexique, en Espagne, en Macédoine et en Mongolie. Certains de ses poèmes ont été diffusés à l’occasion d’expositions portant sur la peinture, l’architecture ou la sculpture. Il a participé à des festivals de poésie au Québec, au Salvador, en Macédoine/Albanie et en Mongolie. En 2009, il fut boursier du Conseil des arts et des lettres du Québec et du Fondo Nacional para la Cultura y las Artes, ce qui lui permit, en résidence à Mexico, d’entreprendre la rédaction d’un recueil de poésie explorant le thème du patio dans une maison imaginaire dépourvue de murs.

*

Stéphane D’Amour is a Québec poet born in Montréal. He has published four collections of poems in French: L’île, 2006, shortlisted for the Prix du premier recueil de poèmes de la Fondation L.A. Finances pour la poésie (Paris), La peinture, 2008, Dans mes paysages, 2012, and À demeure, 2015. His poems have also appeared in literary magazines and international anthologies in Québec, India, Mexico, Macedonia, Spain, and Mongolia. Painters, architects, and sculptors have integrated his poems to their works in exhibitions held in Montréal, and Mexico City. He has read his poems in poetry festivals in Québec, El Salvador, Macedonia/Albania, and Mongolia. In 2009 he was awarded a joint grant from the Conseil des arts et des lettres du Québec, and the Fondo Nacional para las Cultura y las Artes to write a book of poetry in Mexico City, about a house without walls.

*

Stéphane D’Amour es un poeta quebequense nacido en Montréal. Ha publicado cuatro poemarios en la editorial Les Herbes rouges (Montréal): L’île, 2006, finalista al premio Prix du premier recueil de poèmes de la Fondation L.A. Finances pour la poésie (Paris), La peinture, 2008, Dans mes paysages, 2012  y À demeure, 2015. Sus poemas también han sidos publicados en revistas y antologías internationales en Québec, India, México, España, Macedonia y Mongolia. Algunos de sus poemas fueron exhibidos en exposiciones de pintura, arquitectura y escultura en Québec y México. Ha participado en festivales de poesía en Québec, El Salvador , Macedonia/Albania y Mongolia. En el 2009 fue becario del Fondo Nacional para la Cultura y las Artes de México y del Conseil des arts et des lettres du Québec para escribir en la ciudad de México un poemario acerca del tema « el patio ».

 

Biblio

2018

« Short Tracker », « Luger », « Long Tracker’s Threesome », « Curler », poems, Prosopisia, (India), Vol. XII, No. 1&2, 2018, p. 56-57.

2017

« The Swimmer of Lake Kivu: An African Reconciliation », poème, traduction en anglais par David Scott Hamilton, dans World Poetry 2017. An Anthology, Ulaanbaatar, Mongolian Academy of Culture and Poetry (2017), p.143.

2016

«México DF», poema, II concurso internacional de poesía Homenaje a Mario Benedetti, Cerezo Ediciones, España, 2016.

«Argile du chant de gorge/Clay of the Throat Song », poème, traduction en anglais par Hugh Hazelton, dans Marie Perrault (2016), Marie Côté Matière, espace et son: dessins, céramiques et installations/Matter, Space and Sound: Drawings, Ceramics and Installations, Montréal, pp. 36-37.

«Au biodôme de Montréal», poème traduit en hindi, Kritya, Inde, vol. IX, no IX (janv.-fév. 2016)

2015

À demeure, recueil de poèmes, Les Herbes rouges, 2015, 62 p.

« La noche pentagonal », « Animal político », « Mientras », poemas, Punto de partida, (México), no 193, sept.-oct. 2015, p. 13-15.

2014

« Cricket Players », « Butterflyer », poems, Prosopisia (India), Vol. VII, No.1, 2014, p. 82-83.

2013

« Kolosi (Goya-s) »; « Ekzekutimet e tre majit 1808 (Goya-s) », « Praktikë Shënjestre (Alex Colville-s) », poèmes traduits en albanais, dans Shaip Emërllahu (2013) Fytyra e heshtjes, anthologie de poésie du Festival « Ditët e Namit », 17e édition, Tetovo, Macédoine, pp. 27-29.

«Dans l’écart du paysage», poème-essai, Québec français, no 169, p. 74.

2012

Dans mes paysages, recueil de poèmes, Les Herbes rouges, 2012, 69 p.

«Ile natale», poème, La Presse, Cahier des sports, 4 juin 2012.

2011

«L’odeur et l’oubli», poème, Estuaire, no 145, p. 29.

2010

« El pino blanco », poème traduit par Françoise Roy, dans Raul Banuelos et Laura Solorzano (2010), El corazón de la madera y el viento. Colección de poemas: árboles del mundo, Guadalajara, Universidad de Guadalajara, p. 88.

2008

La peinture, recueil de poèmes, Les Herbes rouges, 2008, 154 p.

«Gilles (Watteau)»; «L’île au trésor (N.C. Wyeth)»; «Charles 1er d’Angleterre va à la chasse (Van Dyck)»; «D’après Lucian Freud»; «D’après Betty Goodwin: autoportrait»; «Chaman electronik (Christine Sioui Wawanoloath)», suite poétique, Estuaire, no 134, pp. 135-141.

2007

«Six villes», suite poétique: «La rue»; La traboule»; «L’imposte»; «Le parc»; «Les choses»; «Les collines», Exit, no 49, pp. 15-21.

«Deux sœurs», poème, commande de la revue dans le cadre d’un projet international de sculpture sur prose, Exit, no 47, p. 66.

2006

L’île, recueil de poèmes, Les Herbes rouges, 2006, 105 p.

«Août en ville (Hopper)»; «Lumières aux Two Lights (Hopper)»; «Le 3 mai 1808 (Goya)»; «Le colosse (Goya)»; «La durée poignardée (Magritte)»; «Le château des Pyrénées (Magritte)»; «La fenêtre, cour de Rohan (Balthus)»; «Colette de profil (Balthus)», suite poétique, Exit, no 44, pp. 53-61.

2005

«Griffintown», poème, Possibles, vol. 29, no 2, pp. 187-191.

2003

«Le parc Summit», poème, Estuaire, no 115, p. 38.

«Rue Overdale»; «C’est ton sac à dos»; «Kosovars-Héros», poèmes, Possibles, vol. 27, no 1-2, pp. 149-151, 167-169.

2002

«Apollon»; «Fête des lanternes»; «Le monde extérieur»; «J’ai vu votre oeuvre…»; «Poire forelle»; «Ton visage», suite poétique, Les Écrits, no 106, pp. 125-130.

«Je regarde sur notre vieille laveuse», poème, Estuaire, no 112, p. 39.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s